Certificat Médical

En général, un certificat est un document écrit, officiel ou dûment signé d’une personne autorisée qui atteste un fait. (Exemple: Un certificat médical).

Voilà, enfin ! j’étais certifié « malade », le Diagnostic effectué par le cardiologue avait eu l’immense avantage de confirmer ma maladie.

A mon retour de consultation, face au mien, je pouvais finalement m’exprimer sur ma maladie, y mettre un nom.  Dans une main, une boîte de Bêta-bloquant, une d’anticoagulant et entre les deux le certificat médical signé par le médecin.

Avant de rentrer, j’avais pris le temps de me renseigner sur  la fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale .  Ayant bien écouté les explications du médecin sur l’opération, J’étais en mesure d’en expliquer assez précisément le déroulement. Le fait que l’intervention doive être effectuée par un spécialiste d’un hôpital universitaire (CHU) ajoutait à ma maladie et par la même à ma personne une importance inattendue.

J’étais monté d’un niveau dans l’affirmation de mon mal être. Jusqu’ici, J’avais essayé les maux de dos à répétition jusqu’à l’hernie discale, plus précisément entre  la troisième et la quatrième lombaire sans beaucoup de succès ! J’y trouvais certes des avantages, comme des arrêts de travail sur quelques jours mais le mal étant récurent tout le monde s’y était habitué, moi en premier et le même monde trouvait, en fin de cause assez normal de me voir plié en deux. Les premières douleurs passées; celles qui vous font tomber,  vous empêchent de vous relever du lit ou de votre chaise, ou encore de descendre de votre voiture. Ces premières douleurs passées, je continuais ma vie plié en deux comme si de rien était.

Parfois mon épouse impatiente de voir me redresser  me lançait avec une voix exaspérée -« redresse toi, on dirait ta mère ! » Je n’y trouvais trop rien à redire et me  défendait assez faiblement avec une réponse du genre  -« tu es assez drôle, j’aimerais t’y voir !  »

Aujourd’hui, me vient l’image d’une même maladie évoluant sous différents symptômes.  De la même façon pour l’apprentissage d’un métier, celui-ci commençant en réalité dès la plus petite enfance jusqu’aux études les plus complexes. Les secondes s’appuyant sur les premières et ainsi de suite jusqu’aux dernières.

En réalité, ma maladie avait évoluée depuis le début de ma scolarité ! Mal accepté, mal intégré. Mes premiers grands blocages viennent assurément de cette période ! Vers mes 6 ans.

Je me souviens plus précisément de maux de ventre insoutenable qui s’évanouissaient par magie lorsque je me trouvais dans la salle d’attente du médecin. Et  vers les 20 ans d’un problème de boutons. Boutons qui persistaient depuis plusieurs mois et qui disparurent le jour avant la visite chez un dermatologue !

Mais pour revenir dans ce laps de temps de 10 ans, ou les symptômes s’enchaînèrent et se manifestèrent. Les premiers étant des poussées de boutons survenant en plaque sur différentes partie de mon corps. Pour repartir et réapparaître quelques heures plus tard.

Lors de cette première poussée de boutons, je me trouvais chez une cliente et lui annonça ne pas me sentir bien. Après m’avoir écouté, elle se rendit dans sa salle de bains et me tendit une boîte de zyrtec -« prenez en, vous verrez, ce que vous avez est d’origine allergique »

J’en pris un, les démangeaisons et les boutons disparurent presque immédiatement. Magique ! Ces démangeaisons revinrent périodiquement sur une durée de deux années, et à chaque fois j’appliquais le médicament miracle. J’avais remplacé le Zyrtec par un générique moins cher, car ma consommation était régulière. Mais Je n’avais pas jugé bon d’aller consulter, et dans un sens qu’y aurais-je gagné. Les symptômes étaient connus ALLERGIES.

Il aurait été plus intéressant que je m’intéresse alors à l’origine de cette allergie. Cela aurait été certainement déplaisant, car cela aurait remis en cause mon fonctionnement et mon rapport à l’autre, mais au combien plus salutaire.

Au fond de moi, j’en connaissais les causes. Un peu allergique à mon travail et à son environnement, beaucoup à une situation familiale qui ne me convenait plus. Allergique aussi contre mon manque de positionnement, mon manque d’affirmation dans la conduite de ma vie.

Très facilement, j’avais pu, sans ordonnance, mettre tout cela sous le tapis grâce à une petite pilule ! m’évitant de prendre toutes décisions pour la construction de ma  vie et de ma guérison.

Mon mal de dos s’inscrivait dans cette logique d’amplification. Bien sûr, j’étais devenu au fil du temps allergique à ma vie mais en plus je commençais à en avoir plein le dos….. de cette vie là !

Souffrir de fibrillation auriculaire sanctionnait mon entêtement.

Sans aucun doute persister dans ce déni de mal être m’aurait conduit à un  AVC, ou à un arrêt cardiaque.

Pour synthétiser mes propos on pourrait par un raccourci que je m’autorise, dire :

  1. Les petits bobos de la vie sont là comme pour nous dire et le dire -« Eh !, il faudrait prendre un plus soins de qui je suis, de ma personne, de moi  » Nous nous trouvons là au niveau de l’attestation de notre mal-être.
  2. Lorsque la chose n’est pas comprise ou pas prise en compte, notre besoin d’attention grandit dans quelque chose d’un peu plus conséquent comme un bras cassé, une mauvaise grippe… nous nous trouvons là au niveau  du  certificat.
  3. Si nous ne changeons rien, si nous ne remettons rien en cause, n’entreprenons rien, nous nous dirigeons vers une autre maladie plus conséquence. Dans mon cas la fibrillation auriculaire. Diplôme est son titre !
  4. L’AVC, se trouverait comme un dernier cri du coeur,  de manque d’amour  et d’attention. Un Master aurait été son nom.
  5. La mort se manifestant comme un droit à l’oubli.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close