Le basculement

Le processus d’affaiblissement dura plusieurs années, mais s’accentua les deux dernières. Je ne voulais le voir et « faisais avec ». Je me trouvais régulièrement proche de l’évanouissement ou abandonné de toutes mes forces.

Alors j’attendais, lorsque je me sentais m’évanouir, je me m’étais à genoux ou je m’asseyais en attendant que tout cela passe. Parfois cela partait au bout de quelques minutes, d’autres fois quelques heures.

Lorsque j’y repense tout ceci avait quelque chose de pathétique. Je me relevais, faisait quelques pas, n’en pouvant plus je m’asseyais à nouveau, ou si cela me prenait ou il y avait du monde, je me mettais à genoux. Faisant semblant de chercher tel chose parterre !!

En tout les cas j’essayais de faire comme si tout allait bien ! Mon médecin m’avait bien envoyé une fois aux urgences faire des radios et un contrôle de mon coeur. Mais ce jour là je me trouvais parfaitement paisible ! Rien n’avait été décelé.

C’était quelques jours après un sérieux malaise.  Me sentant mourir, couché près de la portière de la voiture, j’avais juste eu la force de téléphoner à une amie. -« Je suis entrain de mourir, aide-moi » et un peu plus tard en pleurant -« j’ai peur, aide-moi » Aujourd’hui encore je m’étonne de n’avoir à aucun moment pensé à appeler un médecin ou une ambulance !

J’avais aussi remarqué que cela se produisait dans des situations de stress, lorsque je me trouvais face à des personnes agressives, en colère ou lorsque je devais affronter des situations qui pouvaient être sujet à problèmes. Alors, je mettais le problème qui me survenait sur les mauvaises énergies que je subissais de ces personnes. Bien trouvé, non ?

Une année avant le diagnostic, j’avais décidé de me soigner, je me rendis à la pharmacie la plus proche et en éprouvant comme une honte, je demandais à la pharmacienne un traitement homéopathique contre les angoisses.

Soigné est un grand mot, plutôt un tout petit pas dans la prise de conscience de ma maladie.

Je prenais conscience ce jour là que je vivais comme une honte d’être angoissé. Moi, angoissé ? pourquoi, comment ! Je suis un homme moi, je ne peux l’être ! Malade, moi ! quelle idée, je suis fort, moi !

Elle m’accompagna vers une rayon très bien garni de toutes sortes d’anti-anxiogènes et là je compris que je n’étais pas le seul dans mon cas.

Sans lire la notice d’emballage, j’en fit tout de suite fondre un dans ma bouche, puis un second. Il me sembla que mes palpitations s’accentuaient, alors j’en pris un troisième. Là, je me trouvais couché dans un pré sans possibilité de bouger tant mon coeur s’affolait !

J’en pris encore un ou deux et au bord de l’infarctus, j’eu tout à coup l’idée de lire la notice. Elle précisait bien, que pour les premières fois, il fallait être vigilant, les symptômes pouvant s’accentuer lors de la prise du médicament !

Tout cela pour vous dire que le problème durait depuis quelques années, lorsqu’un jour un ami me rendit visible à la maison. Je sorti pour l’accueillir, mais n’eut d’autres choix ce jour là que de m’assoir sur un muret au bord de la maison. Ensuite, je dus me mettre dans mon lit le reste de la journée.

Je compris ce jour que je n’échapperais pas à un contrôle sérieux et pris conscience de la gravité de ma situation. Oui, j’étais malade, et pas qu’un petit peu !

La peur du diagnostic et des conséquences sur ma vie, car évidemment, comment au fond de moi ignorer ce qui m’arrivait ? m’avait repoussé dans les limites de mon déni. Car je le sentais bien, persister m’aurait conduit à la mort.

Ce jour là, je n’avais pas eu à choisir entre vivre et mourir, mais j’avais enfin accepté le fait que j’étais malade.

Je prenais  la décision formelle de me soigner.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close